Honbu Dōjō et Étiquette

Posted on

Par BjkIdF 0

Cet article est la traduction française d’un post par Mark Lithgow sur Facebook, le 10 mai 2015, peu de temps après l’ouverture du Nouveau Honbu Dōjō.

Mark est un des traducteurs d’Hatsumi Sensei, et il vit et s’entraîne au Japon depuis…. 30 ans. Ces quelques réflexions sont à prendre en considération, que l’on s’entraîne dans son Dōjō et surtout au Honbu Dōjō…

Voici donc ce que nous transmet Mark :

« À tous mes amis du Bujinkan :

J’ai eu une discussion avec Soke chez lui, la semaine dernière au sujet de « L’Étiquette au Dōjō », comme quoi c’est un sujet important et qu’il doit être passé à tous les membres du Bujinkan. Aujourd’hui (Dimanche 10 mai 2015), il m’a demandé de me lever devant tout le monde présent et de les transmettes.

L’Étiquette au Dōjō peut varier d’une école à l’autre, et même d’un Dōjō à l’autre, dans une organisation telle que le Bujinkan. Cela est souvent appris en regardant simplement les personnes qui savent mieux (généralement les Senpai ndt). Malheureusement, ces derniers jours nous avons beaucoup de personnes qui viennent au nouveau Honbu Dōjō, et comme la plupart sont nouveaux dans cet endroit, il n’ont pas beaucoup d’exemples à suivre pour savoir comment les choses doivent être faites. Je me suis personnellement senti obligé d’intervenir et de jouer le ‘policier de l’Étiquette‘. Parfois je n’apprécie pas de devoir le faire, mais, d’autre part, c’est « mon » Dōjō. Je suis membre de ce Dōjō, pas un visiteur, et cela depuis près de 30 ans maintenant. Il est donc de mon ‘devoir’ d’instruire les visiteurs comment se comporter dans « mon » Dōjō.

En en discutant avec Sensei, il devint vite évident qu’il est très concerné par l’Étiquette. Il peut sembler détaché, mais en son for intérieur, il attend cela, et respecte les gens qui ont de bonnes manières. Il pense, avec raison, que ce n’est pas à lui d’enseigner ou de faire respecter l’Étiquette. En tant que Sōke, il devrait être dans la position de n’avoir qu’à venir au Dōjō, enseigner et partir. Le fonctionnement habituel du Dōjō, son nettoyage et sa maintenance doit être assurée par d’autres. Il en va aussi de même pour les choses telles que l’Étiquette. Il dit que les ‘Shihan devraient s’en occuper, et qu’à cause de mon expérience avec des Dōjō d’autres arts (Mark fait notamment du Kyūdō , ndt.), je sais certainement comment un Dōjō DOIT être traité.’ Apparemment, pour cette raison, je suis ‘la personne idéale pour transmettre ceci.’:) Incidemment, aujourd’hui, alors que je venais chez lui après l’entraînement, il a dit « Comment pouvons-nous attendre d’être pris au sérieux par le monde des arts martiaux japonais, si notre la base de notre Étiquette du Dōjō est si laxiste? »

J’ai parlé de trois points au Dōjō à la demande de Soke. Il y en aura probablement plus à suivre, mais je pense que c’est un bon début. J’ai aussi le sentiment que je doive répéter ceci de temps à autre, jusqu’à ce que cela atteigne le point où il y ait suffisamment d’exemples pour que les nouveaux venus puissent suivre leur exemple, et que cela devienne partie intégrante de notre culture du Dōjō. Ces points peuvent paraître très basiques… De fait, cela semble du bon sens à beaucoup de gens. Mais de ce que j’ai vu récemment au Dōjō, cela n’est pas du de tout un chacun, et cela doit être dit.

1) Saluer à l’entrée et à la sortie du Dōjō

Saluer à l’entrée et à la sortie de n’importe quel Dōjō du Japon n’est que du ‘bon sens’. Vous verrez même cette coutume pratiquée en dehors du Dōjō, comme les supermarchés ou grands magasins. Les employés, lorsqu’ils quittent l’étage ou à la fin de leur service, au pas de la porte ‘Staff Only’, se retournent souvent et salue le magasin avant de franchir la porte. J’admets que moi-même je suis devenu un peu paresseux dans l’ancien Honbu Dōjō, parfois négligeant de saluer. Avec le nouveau Dōjō en construction, j’en ai fait part à Soke, lui disant que bien que j’ai été quelque fois paresseux, je me suis fait une règle de saluer correctement après l’ouverture du nouveau Dōjō. Nous avons alors longuement débattu de ce sujet, jusqu’à la semaine dernière. Pour lui, saluer lorsqu’on entre dans le Dōjō est l’essence même de montrer le respect que nous avons pour le Dōjō. Pour Sensei, même saluer deux fois ne serait pas un mal : une fois à l’entrée du bâtiment, et une fois à l’entrée du Dōjō proprement dit… sur les tatamis. Après en avoir discuté, il a concédé que le salut à l’entrée principale était optionnel, mais saluer lorsqu’on entre sur l’aire d’entraînement est essentiel. Au seuil des tatamis, stop, pause, saluer, encore une pause… puis entrez dans le Dōjō. À ce moment vous laissez le monde extérieur derrière vous, et entrez en ‘mode entraînement’. De la même manière quand vous partez.. Arrêtez-vous et saluez. Prenez un moment pour réfléchir sur le fait que vous en sortez sauf, et que vous allez revenir dans le monde réel.

Il n’est nécessaire de le faire que lorsque vous rentrez et vous partez. Si vous allez à votre sac, ou utiliser les toilettes, vous n’avez pas besoin de saluer à chaque fois. Seulement lorsque vous passez du mode entraînement au mode extérieur.

2) Les chaussures dans le pas de porte.

C’est basé sur l’idée simple que ‘Ce qui est à l’intérieur est à l’intérieur et ce qui est à l’extérieur est à l’extérieur… et que ces deux endroits doivent être séparés’. Quand nous nous entraînons au Dōjō, nous portons des chaussures d’intérieur… habituellement ce sont des Tabi. Les Tabi d’intérieur peuvent avoir des semelles de tissu ou de cuir. Les Tabi à semelle de caoutchouc sont appellées Shika Tabi (ou Jika Tabi) et sont pour un port à l’extérieur, et ne doivent jamais être portées dans le Dōjō ! Les chaussures d’intérieur sont pour l’intérieur, et les chaussures d’extérieur ne sont QUE pour l’extérieur. La frontière est matérialisée par les planches en bois sur le ‘Genkan’ (l’entrée). Le plancher en vois est INTÉRIEUR. Il y a quelques semaines, je suis arrivé et ait trouvé un tas de chaussures qui était SUR le plancher ! Si vous portez des Tabi d’intérieur, ne les salissez pas en allant à l’extérieur, pour ensuite ramener de la saleté à l’intérieur. Si vous voulez vous éclipser pendant un break pour vous en fumer une, merci de remettre vos chaussures ! Encore une fois, une fois que vos Tabi ont été à l’extérieur, ne ramenez pas la saleté à l’intérieur du Dōjō ! Et ne vous déchaussez pas en mettant le pied sur le sol avant que de monter sur le plancher. Montez sur le plancher directement en vous déchaussant. ! Le pas de porte du nouveau Dōjō est un peu petit, et parfois vous ne pouvez faire autrement que de poser le pied sur le sol extérieur. Si on ne peut l’éviter parfois, merci de faire de votre mieux pour l’éviter.

3) Le mur Shōmen

Le mur Shōmen du Dōjō contient le Kamiza. Le Kamiza est considéré comme la partie sacrée du Dōjō, et doit être traitée avec respect. Ce n’est pas un endroit pour y entasser des effets personnels. Rien d’autre que les objets qui y sont déjà ne doivent être posées sur l’étagère. Sous le Kamiza, il y a une sorte d’alcôve avec un plancher. C’est un petit endroit où est exposé statues, etc. , mais doit être considéré comme l’étagère sur laquelle sied l’autel. Ce n’est pas un endroit pour des sacs, boissons,… et en aucune manière où des gens puissent marcher, se tenir ou s’asseoir. En fait, le mur avant dans son entier doit être considéré de la même manière. Dans ce nouveau Dōjō, le reste du Shōmen, mis à part les endroit que je viens de mentionner, est pris par des placards pour stocker les armes, et même dans l’ancien Dōjō, où il y avait de l’espace de part et d’autre du Kamiza, la règle était qu’aucun effet personnel ne devait être mis près de ce mur. Les murs de côtés étaient OK, mais pas le mur avant, qui est considéré comme une extension même du Kamiza.

Ces points ont été ceux abordés aujourd’hui, mais j’aimerais en ajouter quelques uns – des choses que j’ai notées aujourd’hui, et qui méritent un qu’on s’y arrête.

D’abord, quand la technique est montrée au milieu du Dōjō, merci de faire attention à votre entourage, et de montrer plus de considération pour ceux qui essayent aussi de voir ce qui est démontré. Si vous êtes adossé au mur ou qu’il n’y a personne derrière vous, restez debout, mais si vous regardez un tant soit peu derrière votre épaule et que vous vous rendez-compte qu’il y a des personnes qui peuvent ne pas voir correctement, merci de vous accroupir ou de vous agenouiller pour qu’ils puissent le faire. Aujourd’hui, je traduisais, et j’essaye de me rapprocher un peu de Sensei. Je ne reste jamais debout derrière, mais est agenouillé devant. Même ainsi, il y avait des personnes debout devant moi. Un peu de considération, s’il vous plaît !

Deuxièmement, si vous avez utilisé des armes d’entraînement du Dōjō : Rokushakubō, Hanbō/ Fukurao Shinai, etc. merci de les remettre là où vous les avez trouvé. Des personnes passent toujours l’aspirateur après l’entraînement (à ce sujet, les volontaires sont toujours appréciés !). Il ne leur appartient pas de remettre en place les armes que VOUS avez utilisées !

Voilà… Je voulais juste que la sphère de Facebook connaisse les détails de ce qui a été dit au Honbu Dōjō aujourd’hui. J’espère que cela aidera avec une conscience de l’Étiquette pour les personnes qui viendront en visite au Dōjō à l’avenir.

Source : http://bujinkanidf.com/2015/10/honbu-dojo-etiquette/

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s