GYOKUSHIN RYU

Posted on Updated on

Ecole du coeur immobile.
Origine :
Date de création :

Philosophie de l’école :
Basée plus sur une action d’espionnage que sur les techniques.

Principes :
Utilisation maximale des sutemi.

GYOKKO RYU

Posted on Updated on

Ecole du tigre du diamant (diamantin).
Kosshi Jutsu.
Origine : Chine (Techniques de la garde impériale Chinoise).
Date de création : 12° Siècle.

Philosophie de l’école :

« Bushi gokoro wo motte totoshi no asu » = Le coeur du guerrier est précieux et essentiel.

« Bagen Fugyo » =  10 000 façons, plus de surprises.

Principes :
Kosshijutsu (frappes sur les muscles), Shitojutsu (utilisation des pouces et des doigts). Techniques de combat contre sabres et lances. Blocages puissants et travail d’équilibre. Luxations et projections sont des spécialités de cette école.

Ecole complémentaire de koto ryu, gyokko ryu .

Sanshin no Kata

Chi no kata
Sui no kata
Ka no kata
Fu no kata
Ku no kata

Taihenjutsu Mutodori no Kata

Hira no kamae
Ichimonji no kamae
Jumonji no kamae

Moto Gata

Sayu Ichimonji no kata
Sayu Hicho no kata
Sayu Jumonji

Torite Kihon Gata

Sono Ichi
Sono Ni
Sono San
Sono Yon
Sono Go
Sono Roku
Sono Nana
Sono Hachi
Sono Ku
Sono Ju

Joryaku no Maki

Koku
Renyo
Danshu
Danshi
Saka Nagare
Keo
Hane bi
Keto
Yubi kudaki
Ketsumyaku
Sakketsu
Teiken

 

 

Churyaku no Maki

U jaku
Seito
Dashin
Ko rai
Hosen
Ko
Shien
Ho ryaku

 

 

Geraku no Maki

Shun u
Shun soku
Ichi geki
Kaisoku
Ko ryaku
Iai fuji
Shin gan
Fu u

GIKKAN RYU

Posted on Updated on

Ecole de la justice, de la loyauté et de la vérité.
Origine :
Date de création : 16° Siècle.
Philosophie de l’école :
Ne jamais attaquer le premier.

Principes :
Coups de pieds spéciaux, coups de poings et projections. Dans la forme les techniques s’apparentent à de vieux styles internes chinois.

Les distances sont extrêmement réduites (face à face) et les esquives quasi inexistantes, la riposte se produit en même temps que l’attaque adverse. Toute la force est concentrée dans les mains.

L’énergie étant ainsi concentrée, il est très aisé de projeter un adversaire à plusieurs mètres.

LES « CERTIFICATS » (GRADES) JAPONAIS

Posted on Updated on

les certificats sont les suivants :

 Menkyo Shoden (transmission de base)

Menkyo Chuden (transmission de niveau moyen)

Menkyo Joden (transmission de niveau haut)

Menkyo Okuden (transmission de l’enseignement secret)

Menkyo Kaiden (transmission de la totalité de l’enseignement)

Le Menkyo Kaiden quelque soit l’école était le titre suprême, le maître n’en délivrait que 2 ou 3 durant sa vie. Ce titre mettait le disciple au niveau du maître et signifiait que celui-ci avait tout reçu de son maître et qu’il était autorisé s’il le souhaitait d’ouvrir sa propre école voir son propre style ou une branche de l’école. Après ce certificat, le maître pouvait aussi le recommander à un nouveau maître pour que l’élève puisse parfaire sa connaissance et s’améliorer encore. Ce qui était de la part du maître la preuve d’une grande humilité et d’une grande ouverture d’esprit par rapport aux autres styles, aux autres maîtres… Ce qui nous enseigne que même avec un haut niveau et le titre de maître on peut se perfectionner, approfondir, échanger ses connaissances avec d’autres maîtres ce qui n’a rien de rabaissant bien au contraire et c’est ce qui manque malheureusement de nos jours à certains pratiquants.

Le système de Dan est donc très différent du système Menkyo surtout de nos jours mais peuvent être complémentaires car il ne faut pas tomber dans le piège de croire que les Dan n’ont pas de valeur ou qu’ils sont moins humbles que les Menkyo ou que les Menkyo sont dépassés par rapport aux Dan. Le grade, titre, quel qu’il soit peut-être à la fois la meilleure et la pire chose. Mais il ne faut pas les confondre car à notre époque les conditions pour l’attribution des Dan sont très différentes de celles des Menkyo.

Les critères de sélection et les différents tests utilisés dans le système traditionnel sont très particuliers et peuvent choquer certaines personnes, les élèves étaient filtrés et seuls ceux qui se montraient dignes étaient initiés aux différents niveaux. Le Menkyo décerné au disciple exprimait aussi le degré de confiance que donnait le maître, reconnaissance qui offrait au disciple la possibilité d’être initié au niveau supérieur puis progressivement au secret de l’école. Le Menkyo est véritablement un gage de confiance et de moralité. L’élève était jugé sur plusieurs années tant sur le plan technique que sur son comportement. Dans certaines écoles traditionnelles très fermées où il n’existe que le système Menkyo, on part du principe qu’il est mal venu de montrer son niveau avec des ceintures de différentes couleurs, le pratiquant doit montrer son niveau par son comportement non pas par une ceinture, un vêtement et idem pour le maître, les assistants, etc…De nos jours en Occident, il peut être très difficile aux différents Sensei d’agir selon ces principes traditionnels et ils ne sont pas à blâmer car les cotisations sont souvent un moyen d’existence pour certains, de plus les élèves réagiraient très mal, seraient écœurés et quitteraient le Dojo en colère en traitant certainement le Sensei de malade, mégalo, ou autres noms alors que c’est pour leur bien, pour leur progression, pour le Dojo et pour que le Sensei ne perde pas son temps avec des esprits trop soucieux de leurs ego.

Certains pratiquants, pas tous heureusement, toute pratique et pays confondus sont avides de progression, ce qui est normal, mais aussi de grades et de reconnaissance et accéder à un maximum de Dan en un minimum de temps et avec un minimum d’effort, devient une véritable fixation et le seul but à atteindre. Mais il est évident et tout à fait normal qu’un pratiquant doit pouvoir se situer sur cette échelle de niveau. Un titre quel qu’il soit est très personnel, doit être mérité et c’est à chacun de savoir quelle valeur lui donner. De nos jours, certains préfèreront avoir un Dan délivré par une fédération reconnue par tel ministère ou telle organisation selon des critères physiques et techniques précis que par leur Sensei qu’ils quittent une fois la ceinture noire obtenue. D’autres au contraire préfèreront recevoir le grade par leur maître qu’ils ont suivis durant des années et avec qui ils ont liés des liens irréversibles.

Cet article est la somme d’une collecte d’informations qui peuvent peut-être être fausses. Si quelqu’un voit des erreurs ou points à éclaircir, il est le bienvenu.

What is the Future of Ninjutsu?

Posted on Updated on

What is the Future of the Bujinkan?

I have just recently been asked this question by groups in two different countries. I had asked the same question of Dr. Hatsumi two years ago and he responded that “we have good people in the Bujinkan now, I’m not concerned”. It was evident that he expected us to make the right choices. Let me share with you my response to that same question.

We have a wonderful opportunity in the Bujinkan to extend this life enhancing art to millions of people. There is one danger however, if the leaders do not recognize the need to cooperate with each other and choose to go it alone, the Bujinkan will fracture into small ineffective groups. We need to recognize that it is by cooperating that everyone benefits. Cooperation fosters the “family” aspect of our art that is so attractive to those seeing us for the first time. It is the knowledge that one can find friends that will be there for them when there is need. Where they can train in effective techniques and not fear being injured because they can trust their training partner to never deliberately injure them. They truly can learn the things, in safety, that make them able to defend themselves and their loved ones.

What is often not recognized is that a synergy occurs when people with skill train together. This means that each is stimulated to grow in skill and it is not a mere addition, new understandings happen because both have brought their skill and life experience to the training. This is a true “win-win” situation. Individual egos have no place here, to grow we do not compete with each other, we cooperate. This cooperation also gives the economic power to groups to provide more and better opportunities for training. A large group, or a number of cooperating small groups have the economic power to bring good instructors in from anywhere in the world. A greater chance for special “synergy” to happen. No one person has all of this art. Even Dr. Hatsumi says he is still learning from his sensei. All of us must continue to learn.

There must be the recognition by the higher ranks of instructors that the most important person is the student! That new student is our reason for being, it is in his/her learning that this art can reach its potential. I think we should all recognize the value of putting skills of self defense into the individual’s hands. That can only lead to a more peaceful and just society which will benefit all of us.

It is my hope that those of us in the higher ranks will work well with each other for the benefit of that most important person, the student.

                                                                                                                                   Ed MARTIN

護身術 Go Shin Jutsu The Art of Self Defense.

Posted on Updated on

                                  護身術 Go Shin Jutsu The Art of Self Defense.

護-Go-Protect, Defend;

身-Shin-Oneself, the Body;

 術-Jutsu-Art. 

The art of defending oneself, the body; physicality. This is an important first step and usually the one that starts the martial journey for many. At this level, one is concerned with the physical aspects of self protection. This could include but not be limited to conditioning the body, learning techniques, and much practice until your physical body becomes one with the skills.

    There was a karate master here in Japan, he said that the art of self defense should be written not as above, but as 護心術. The middle character being changed to heart, meaning protection of the heart. Pronounced the same but with a totally different meaning! The amazing thing about the Kanji or Chinese characters that the Japanese use so heavily is that they can be manipulated to totally change the meaning or flavor of a statement but still retain the same pronunciation. It makes for some startling revelations and allows for a fixed idea to suddenly blossom and expand as a single seed is to a forest and beyond. Fixed ideas are like anchors on our spirits. We should be willing to cut loose the anchors of fixed concepts and allow our spirits to soar in the infiniteness of possibility. So here, Self Defense has morphed into Protection of the Heart. This has again many meanings for each individual. Protection of loved ones, family, community, country cetera. Essential in life as we know it.

    But is this the best Go Shin Jutsu? We are still in a defensive posture, inward facing, guarding, fearful, dug in, defending with sharp points and straight edges. Based on the teachings of my Sensei and others, it would seem that a more meaningful translation of Go Shin Jutsu may perhaps be written as 悟心術. Again similar pronunciation but now it reads The Art of Enlightening the Heart.  The art of opening the heart or unfolding the heart to the world. This, I feel, is the true meaning of Go Shin Jutsu.  Only by the opening your heart and the throwing away of fixed ideas will you be able to move with ease and correct spontaneity in the space of which we are all a part. Examples of this can be seen throughout the history of war. There is the famous Japanese saying “To win without drawing your sword”. Or the biblical saying “Love Thy Enemy”. Or an old saying that my teacher taught me. ” Don`t draw your sword, if you do draw, don`t cut! Know that taking life is sacred and of utmost importance”. Or take a lesson from the great Father of the Turks, Ataturk, who fought so valiantly at the battle of Gallipoli during world war one where thousands of soldiers died assaulting Turkish troops. After the battles ended his memorial to the fallen soldiers stands as follows: “Those heroes that shed their blood and lost their lives…You are now living in the soil of a friendly country.  Therefore rest in peace.  There is no difference between the johnnies and the mehmets to us where they lie side by side here in this country of ours…You, the mothers who sent their sons from far away countries wipe away your tears.  Your sons are now lying in our bosom and are in peace.  After having lost their lives on this land they have become our sons as well.”

    All artists of martial skill should be aware of these concepts so as not to simply become a person of violence but a person of light and Martial Virtue. 武徳. Rise thru these stages as you will. It reminds me of the san shin. So with a 1, 2, and a 3, a hop, skip and a jump, find yourself leaping yet beyond all these concepts as your true artist self.

                                                                                                                                    Paul MASSE.

APPRENEZ A MARCHER AVANT DE COURRIR !

Posted on Updated on

Avant la discussion de nouvelles techniques, je voudrais Indiquer que quand on décide d’étudier Le Ninjutsu il faut aussi se rendre compte que la vraie étude Implique plusieurs, beaucoup d’aspects, y compris la tradition Et l’histoire. Il n’est pas assez de se concentrer sur Juste les techniques physiques ou les armes.

 Il y a tant d’idées fausses sur le Ninja; particulièrement à l’Ouest où ils sont Caractérisés dans des films sensationnels, télévision, Spectacles et livres comme d’impitoyables Assassins et espions à louer. Ils sont peints comme Magiciens vêtus de noirs aux pouvoirs surnaturels Qui peut apparaître et disparaître à volonté; qui peut nager comme un poisson ou voler comme un oiseau; qui peut marcher sur L’eau ou prévoit l’avenir.

Il y a, bien sûr, des ninja qui peuvent exécuter Leur métier si bien qu’ils donnent une apparence de La capacité d’exécuter des exploits surhumains; Mais les apparences, comme vous devez le savoir peuvent être Trompeuses.

Le Ninpo est une science, pas de la magie noire. Quant au ninja qui ont été décrit  comme simples mercenaires, c’est un agrandissement malheureux De cas isolés. Certainement qu’il y avait des ninja “scélérats”, comme des samouraï ou des marins ou Quelqu’un qui ne respecte plus le code de justice qu’il Avait juré. Mais ceux-là  étaient mineurs comparés à  tous.

Ceux de vous qui avez lu mon livre, Ninjutsu : Histoire et Tradition, se  Rappellerons probablement la partie traitant de cet aspect. Plutôt que de se considérer comme des mercenaires ou des voyous, les ninja se considéraient eux-mêmes comme de simples praticiens de la politique, de religion et des stratégies militaire ce qui était opposés culturellement aux perspectives conventionnelles de l’époque.

Le Ninjutsu était Développé comme une culture inverse et fortement illégale aux yeux de  L’élite des samouraï dirigeante et pour cette raison seule, Les origines de l’art étaient entourées De mystère depuis des siècles, dissimulées et confuses délibérément.

L’histoire du Ninpo, en fait, est marquée par un solide  Code de conduite morale et qui ne S’applique pas seulement au combat ou à l’armée mais aussi aux Aspects, de la vie quotidienne du ninja. C’est l’apprentissage pour atteindre le sei shin (l’esprit juste), l’Élément essentiel pour devenir un ninja. Quelques facettes de ce code moral sont :

• La fidélité, la bravoure et la loyauté. • Il doit être
impartiale; exposés aux différentes façons de
la pensée et les coutumes des différents types de
personnes
• Il doit aussi être un homme de vertu et de l’engagement,
prêts à défendre la justice sans l’abnégation et
sans peur de la mort.
• Il ne doit pas s’engager dans des petites disputes ou
deux poids deux mesures.

Puis il ya la compréhension de l’esprit du Budo. le samouraï, le comprenait et se consacrait à sa formation. Être appelé un ninja était un grand honneur, comme celui d’être appelé un grand samouraï. Celui qui cherche la paix et l’illumination, et non la violence.

L’oiseau volant dégringole aussi

Hicho kaiten est une technique très spéciale, secrète, avec de nombreuses variantes. Dans la vraie vie, les oiseaux ne font pas que voler, ils atterrissent, marchent et courent d’une manière particulière. De même, le ninja doit apprendre non seulement à sauter et s’élever lui-même, mais aussi à partir de diverses hauteurs dans diverses positions, la façon de se cacher de son adversaire, comment tomber ou échapper à la traque de nuit des adversaires et de ses acolytes Ce n’est là qu’une des innombrables raisons pour lesquelles l’étude de la nature est tout aussi importante dans l’apprentissage du ninjutsu.

Réflexes Conditionnés

Pour être en mesure d’effectuer les nombreuses torsions, en tournant, en sautant et en roulant, l’étudiant doit se conditionner afin de , s’exercer et s’étirer correctement. La Souplesse des hanches  est absolument essentielle pour assurer la mobilité.

Le tonus musculaire, la souplesse, la résistance et l’élasticité sont des facteurs clés pour éviter les blessures.

Parfois, le ninja doit sauter rapidement, sans avertissement, ou plonger la tête la première au sol, sur le côté tranchant d’une épée ou sur un chemin, le ninja doit toujours avoir la présence d’esprit d’agir avec contrôle, et la compréhension de la situation, afin que le shuriken, la poudre aveuglante ou un poignée de terre puisse lui permettre de gagner du temps dans sa défense.

Alors vous voyez, être un ninja n’a rien de “magique”. C est, au contraire, beaucoup de rigueur, de dureté, de travail intelligent et d’implication.

Masaaki HATSUMI