護身術 Go Shin Jutsu The Art of Self Defense.

Posted on Updated on

                                  護身術 Go Shin Jutsu The Art of Self Defense.

護-Go-Protect, Defend;

身-Shin-Oneself, the Body;

 術-Jutsu-Art. 

The art of defending oneself, the body; physicality. This is an important first step and usually the one that starts the martial journey for many. At this level, one is concerned with the physical aspects of self protection. This could include but not be limited to conditioning the body, learning techniques, and much practice until your physical body becomes one with the skills.

    There was a karate master here in Japan, he said that the art of self defense should be written not as above, but as 護心術. The middle character being changed to heart, meaning protection of the heart. Pronounced the same but with a totally different meaning! The amazing thing about the Kanji or Chinese characters that the Japanese use so heavily is that they can be manipulated to totally change the meaning or flavor of a statement but still retain the same pronunciation. It makes for some startling revelations and allows for a fixed idea to suddenly blossom and expand as a single seed is to a forest and beyond. Fixed ideas are like anchors on our spirits. We should be willing to cut loose the anchors of fixed concepts and allow our spirits to soar in the infiniteness of possibility. So here, Self Defense has morphed into Protection of the Heart. This has again many meanings for each individual. Protection of loved ones, family, community, country cetera. Essential in life as we know it.

    But is this the best Go Shin Jutsu? We are still in a defensive posture, inward facing, guarding, fearful, dug in, defending with sharp points and straight edges. Based on the teachings of my Sensei and others, it would seem that a more meaningful translation of Go Shin Jutsu may perhaps be written as 悟心術. Again similar pronunciation but now it reads The Art of Enlightening the Heart.  The art of opening the heart or unfolding the heart to the world. This, I feel, is the true meaning of Go Shin Jutsu.  Only by the opening your heart and the throwing away of fixed ideas will you be able to move with ease and correct spontaneity in the space of which we are all a part. Examples of this can be seen throughout the history of war. There is the famous Japanese saying “To win without drawing your sword”. Or the biblical saying “Love Thy Enemy”. Or an old saying that my teacher taught me. ” Don`t draw your sword, if you do draw, don`t cut! Know that taking life is sacred and of utmost importance”. Or take a lesson from the great Father of the Turks, Ataturk, who fought so valiantly at the battle of Gallipoli during world war one where thousands of soldiers died assaulting Turkish troops. After the battles ended his memorial to the fallen soldiers stands as follows: “Those heroes that shed their blood and lost their lives…You are now living in the soil of a friendly country.  Therefore rest in peace.  There is no difference between the johnnies and the mehmets to us where they lie side by side here in this country of ours…You, the mothers who sent their sons from far away countries wipe away your tears.  Your sons are now lying in our bosom and are in peace.  After having lost their lives on this land they have become our sons as well.”

    All artists of martial skill should be aware of these concepts so as not to simply become a person of violence but a person of light and Martial Virtue. 武徳. Rise thru these stages as you will. It reminds me of the san shin. So with a 1, 2, and a 3, a hop, skip and a jump, find yourself leaping yet beyond all these concepts as your true artist self.

                                                                                                                                    Paul MASSE.

APPRENEZ A MARCHER AVANT DE COURRIR !

Posted on Updated on

Avant la discussion de nouvelles techniques, je voudrais Indiquer que quand on décide d’étudier Le Ninjutsu il faut aussi se rendre compte que la vraie étude Implique plusieurs, beaucoup d’aspects, y compris la tradition Et l’histoire. Il n’est pas assez de se concentrer sur Juste les techniques physiques ou les armes.

 Il y a tant d’idées fausses sur le Ninja; particulièrement à l’Ouest où ils sont Caractérisés dans des films sensationnels, télévision, Spectacles et livres comme d’impitoyables Assassins et espions à louer. Ils sont peints comme Magiciens vêtus de noirs aux pouvoirs surnaturels Qui peut apparaître et disparaître à volonté; qui peut nager comme un poisson ou voler comme un oiseau; qui peut marcher sur L’eau ou prévoit l’avenir.

Il y a, bien sûr, des ninja qui peuvent exécuter Leur métier si bien qu’ils donnent une apparence de La capacité d’exécuter des exploits surhumains; Mais les apparences, comme vous devez le savoir peuvent être Trompeuses.

Le Ninpo est une science, pas de la magie noire. Quant au ninja qui ont été décrit  comme simples mercenaires, c’est un agrandissement malheureux De cas isolés. Certainement qu’il y avait des ninja “scélérats”, comme des samouraï ou des marins ou Quelqu’un qui ne respecte plus le code de justice qu’il Avait juré. Mais ceux-là  étaient mineurs comparés à  tous.

Ceux de vous qui avez lu mon livre, Ninjutsu : Histoire et Tradition, se  Rappellerons probablement la partie traitant de cet aspect. Plutôt que de se considérer comme des mercenaires ou des voyous, les ninja se considéraient eux-mêmes comme de simples praticiens de la politique, de religion et des stratégies militaire ce qui était opposés culturellement aux perspectives conventionnelles de l’époque.

Le Ninjutsu était Développé comme une culture inverse et fortement illégale aux yeux de  L’élite des samouraï dirigeante et pour cette raison seule, Les origines de l’art étaient entourées De mystère depuis des siècles, dissimulées et confuses délibérément.

L’histoire du Ninpo, en fait, est marquée par un solide  Code de conduite morale et qui ne S’applique pas seulement au combat ou à l’armée mais aussi aux Aspects, de la vie quotidienne du ninja. C’est l’apprentissage pour atteindre le sei shin (l’esprit juste), l’Élément essentiel pour devenir un ninja. Quelques facettes de ce code moral sont :

• La fidélité, la bravoure et la loyauté. • Il doit être
impartiale; exposés aux différentes façons de
la pensée et les coutumes des différents types de
personnes
• Il doit aussi être un homme de vertu et de l’engagement,
prêts à défendre la justice sans l’abnégation et
sans peur de la mort.
• Il ne doit pas s’engager dans des petites disputes ou
deux poids deux mesures.

Puis il ya la compréhension de l’esprit du Budo. le samouraï, le comprenait et se consacrait à sa formation. Être appelé un ninja était un grand honneur, comme celui d’être appelé un grand samouraï. Celui qui cherche la paix et l’illumination, et non la violence.

L’oiseau volant dégringole aussi

Hicho kaiten est une technique très spéciale, secrète, avec de nombreuses variantes. Dans la vraie vie, les oiseaux ne font pas que voler, ils atterrissent, marchent et courent d’une manière particulière. De même, le ninja doit apprendre non seulement à sauter et s’élever lui-même, mais aussi à partir de diverses hauteurs dans diverses positions, la façon de se cacher de son adversaire, comment tomber ou échapper à la traque de nuit des adversaires et de ses acolytes Ce n’est là qu’une des innombrables raisons pour lesquelles l’étude de la nature est tout aussi importante dans l’apprentissage du ninjutsu.

Réflexes Conditionnés

Pour être en mesure d’effectuer les nombreuses torsions, en tournant, en sautant et en roulant, l’étudiant doit se conditionner afin de , s’exercer et s’étirer correctement. La Souplesse des hanches  est absolument essentielle pour assurer la mobilité.

Le tonus musculaire, la souplesse, la résistance et l’élasticité sont des facteurs clés pour éviter les blessures.

Parfois, le ninja doit sauter rapidement, sans avertissement, ou plonger la tête la première au sol, sur le côté tranchant d’une épée ou sur un chemin, le ninja doit toujours avoir la présence d’esprit d’agir avec contrôle, et la compréhension de la situation, afin que le shuriken, la poudre aveuglante ou un poignée de terre puisse lui permettre de gagner du temps dans sa défense.

Alors vous voyez, être un ninja n’a rien de “magique”. C est, au contraire, beaucoup de rigueur, de dureté, de travail intelligent et d’implication.

Masaaki HATSUMI

New book from Soke “THE ESSENCE OF BUDO”

Posted on Updated on

I received today the first sample copy of Soke’s new book , the “Essence of Budo” due to be officially released by Kondansha in a few weeks time.  The actual date is not yet fixed, as far as I am aware.

This book was particularly challenging to translate as the amount of text was significantly more than previous books , incorporating several history lessons and studies on humanity and life.  In facing this challenge we worked together as a team which also was unique experience and the amount of photos and layout has taken some time.  This book, although written by Soke was somewhat of a Bujinkan wide project as a majority of the photos appearing in the book were taken by our Buyu.

As with the Essence of all things, the truth is not to be taught, but to be discovered.

The basics of Martial Arts may actually be the Essence as well as those life experiences that shape a Budoka in the aspect of Kuden.  Kuden clearly is not an aspect of knowledge but that of presence. 

In the presence of a master.  

Bufu Ikkan

Doug Wilson

Stage avec Marco Borst, Jugodan le 30 avril et le 01 mai 2011

Posted on Updated on

Salut les francophones !

Je prends le temps de vous donner toutes les infos en français aussi!

Nous sommes donc très heureux d’accueillir Marco Borst, jugodan des Pays Bas, les 30 avril et 1er Mai à Mende.

En quelques lignes, vous dire que Marco est un très cher ami qui s’entraine depuis qu’il sait marcher… Judo, JuJitsu, Kick Boxing, et membre du Bujinkan depuis plus de 30 ans.
C’est le plus ancien élève de Sveneric Bogsäter ; Ensemble, et avec Mariette Van der Vliet, ils ont monté la fondation Ten Chi Jin aux Pays Bas, donné des stages depuis plus de 20 ans et accueilli de très nombreux Buyu au cours du stage “Friends in Bujinkan” qui se tient chaque année en extérieur depuis plus de 20 ans également.

En dehors des cours de Judo, de Jujutsu et du Bujinkan que Marco propose au sein de la fondation Ten Chi Jin, il enseigne les arts martiaux dans différentes écoles secondaires dans lesquelles il travaille notamment avec des jeunes en grande difficulté. Nous avons eu la chance une fois d’assister à un de ces cours ; cette expérience s’est révélée tout à fait fascinante ; un témoignage vivant de comment le waza peut faire naitre des possibilités de communication. Au dessus de la porte du Dojo, juste quelques mots ” Chaque jour t’offre la chance de prendre un nouveau départ”.

Marco a aussi également travaillé dans la sécurité ; à titre d’exemple, un de ses derniers accomplissements a été la coordination de la sécurité du Dalai Lama lors de sa venue en Hollande en 2009.

Nous pourrons loger un certain nombre d’entre vous chez les buyus mendois… Tenez nous au courant au plus tôt si vous souhaitez nous rejoindre ce week-end !

Seminar information:

Location : in one of France’s wildest regions !
Dojo de la Vernède, 48000 Mende

Time: Saturday 9.30 -17.00
Sunday 10.00- 16.00

Cost: 1 Day 30,- Euro and 2 days 50,- Euro
Saturday and Sunday lunches included.

Accomodation : as much as possible, for free at some Buyu’s places.

Registration and information: Bertrand Delhaye and Claire Beltran +33 6 25 01 2167 clrbeltran@yahoo.de

Bujinkan (Europe) Yuro Shi-tenno Taikai (IX) 2011- Paris, France

Posted on Updated on

                         IN JULY 2011
This is the largest and most prestigious European event in the Bujinkan calender. Peter, Sveneric, Arnaud and Pedro were honoured by Hatsumi Sensei with the title of ‘Shitenno’ (the Four Heavenly Kings / Protectors) of Europe.

They are amongst Hatsumi Sensei’s most experienced and knowledgeable students and together bring over a century of Bujinkan learning with them.

This is the eighth Paris Shi-tenno Taikai and will be an unmissable opportunity not only to train, but also to meet up with fellow Bujinkan practitioners from around Europe and beyond.

Further details & booking:
http://www.budomart.com/bujinkan_seminar.html

THEME 2011 : KIHON HAPPO

Posted on Updated on

Le Daikomyo Sai en plus d’être l’anniversaire de Senseï est toujours un moment très particulier dans la vie du Bujinkan. Des personnes de partout dans le monde se réunissent ici à Noda et Tokyo pour l’occasion et cette année plus que jamais. J’ai parlé avec certains résidents qui m’ont dit qu’ils attendaient entre 300 et 400 participants cette année !

Vendredi soir, nous étions près de 200 dans le Hombu et 230 le dimanche!

Ce moment est aussi spécial parce que Senseï conclut le thème de l’année et introduit le nouveau thème pour l’année prochaine. Vendredi, il nous a dit que “Happo kihon” sera le thème pour 2011 et a ajouté: “mêmes sons, mais pas même écrit …». Comme Senseï avait invité quelques-uns d’entre nous pour le déjeuner le dimanche, j’ai pris cette occasion pour lui poser des questions sur le sens de cette nouvelle «kihon Happo”. Hatsumi Senseï a dit que “ki” est “saison” et “hon” est “inversée”. Il n’a pas expliqué à propos de “Happo” mais je vais vous donner mon interprétation.

Avant, je voudrais partager avec vous quelques concepts qu’il a détaillé la semaine dernière au cours de la précédente classe. Mardi, il a montré quelques techniques où, au lieu de frapper uke, il serait frappé dans l’espace sur le côté de Uke pour créer un moment de peur totale chez son adversaire et l’ouverture des possibilités infinies de l’action. Il a dit que nous devrions ” frapper le Kukan” pour influencer les réactions de Uke. Vendredi, il a défini nos mouvements comme étant “Chuto hanpa» ou «à mi-chemin à moitié fini”. Pour illustrer cela, il parla de nouveau de la goshin (ken, tachi, Juo, katana, les armes modernes). Les armes modernes ont été comparées par lui à des «robots». Vos actions ne peuvent pas influer sur un ordinateur ou une machine à la suite d’un programme. Et si vous vous entraînez dans un budô “robotique” vos actions peuvent être interprétées et déchiffrées par vos adversaires. A l’inverse, si votre Budo est artistique et ne suit pas un “début-fin”, si vos techniques ne sont pas finies, alors l’adversaire n’est pas en mesure de contrer vos actions. Dans la lutte, a-t-il ajouté, vous devez sentir le «iki fun” soit “l’atmosphère, l’ambiance” de la situation et vous déplacer en conséquence. Toutes les informations dont vous avez besoin sont à votre disposition si vous n’avez pas l’intention de faire quelque chose en particulier. Vos mouvements sont naturels (c.-à-dire pas créés) et participe à la sensation que vous obtenez de la situation à la main.

Notre jeu de jambes est la clé pour adapter nos mouvements à la situation. Hatsumi sensei a dit que jusqu’à récemment, il ne comprenait pas pourquoi sensei Takamatsu lui avait enseigné la “josei no Jutsu goshin» (art de défense pour femme). Avec le jeu de jambes d’une femme petite piégé par l’amplitude limitée de son kimono (les kimono traditionnels sont très étroits au niveau des jambes), vous pouvez, avec de minuscules mouvements de vos pieds, prendre l’équilibre de l’adversaire en combat rapproché (rappelez-vous que nous étions environ 200 dans le dojo cette nuit-là et que le passage était difficile).

Dans une situation comme celle-ci, l’utilisation de “josei no Jutsu goshin” est la seule solution. Au lieu de faire une technique, nous nous déplacons d’une manière artistique invisible à l’analyse de UKE. Dans le nom «art martial », il y a «l’art». L’art n’est pas sur l’application d’une technique. Ce n’est pas la réponse. Sensei a ajouté que la nouvelle mission des jûgodan était de transformer leurs mouvements mécaniques budô robotiques en artistiques. À travers l’art on peut sentir l’atmosphère et répondre aux mouvements naturels et inachevés.

Cette vision de taijutsu s’est répété dimanche quand il a insisté sur le flux de nos mouvements en provenance des pieds: «Nagare vient de les jambes” a-t-il dit. En fait, uke pense et agit (processus de ten-chi) et tori fait exactement le contraire (processus chi-ten). Cela me rappelle le Dr Paul Watlawicz expliquant que l’action doit toujours précéder la réflexion dans les relations humaines, et la lutte fait partie des relations humaines. Tant pis pour Descartes et son “cogito ergo sum!”.

Comment tout ce qui précède peut être liée à la Happo kihon de 2011?

Lorsque sensei a parlé de kihon dimanche lors de notre déjeuner et a dit que “kihon” est “saison inversée” il n’a pas expliqué le sens nouveau de Happo.

Quand vous regardez dans un dictionnaire Happo (hachi hô) a de nombreuses significations. Mon interprétation (peut-être fausse), c’est que hachi est le destinataire (bol, lavabo), un peu semblable à la «utsuwa ki», de 2009 (Konki Saino) et “ho” est l’information. Happo devient le destinataire de toutes les informations possibles d’une situation. Comme nous l’avons compris dans l’année Saino Konki, plus le utsuwa, plus le Kukan.

Par conséquent, si “kihon” est le début d’un nouveau cycle (saison inversée) et “Happo” comme la somme d’informations dans le Kukan, alors le “Happo kihon” de 2011 pourrait être interprété comme suit: En palpant l’atmosphère (iki fun) de la situation, à savoir la lecture des informations de notre environnement (Happo), on peut modifier le cycle de l’action (kihon) et la tourner à notre avantage en faisant réagir sans idées préconçues à l’action déterminée de uke.

Bouger doucement  avec l’attitude du “josei no Jutsu goshin”, uke n’a pas la possibilité de lire nos actions parce que nous ne connaissons pas ce que nous allons faire ensuite. Chacun de nos mouvements n’ayant pas de fin, nous allons seulement faire les choses à mi-chemin, “Chuto”, et ne jamais les finir, “hanpa”. Frapper le Kukan enverra de faux renseignements à uke et donne la capacité de surmonter ses intentions.

Tout ceci n’est que ma propre interprétation et peut être totalement faux.

 

 

 

 

 

  Arnaud COUSERGUE