KUMOGAKURE RYU

Posted on Updated on

Ecole de dissimulation dans les nuages.
Origine :
Date de création : 16° Siècle.

Philosophie de l’école :
Ce ryu est très proche de l’école Togakure. A partir de 1600 la famille Toda transforme l’esprit du Kumogare Ryu en une école de pensé qui base ses techniques sur le coté non-violent de l’art des Ninja.

Principes :
Riposte en double blocage et double frappe. Armes utilisées : Kamayari (lance avec crochet). Ippon Sugi ( outil pour grimper aux arbres ). Le masque du démon, pour donner le fameux Kikaku Ken (coup de tête).

KUKI SHINDEN RYU

Posted on Updated on

Ecole de la tradition des 9 démons.
Origine : Chine
Date de création : 14° Siècle.

Philosophie de l’école :
Ryu de Samouraï. Le clan se développa dans la province de Kumano.
Yasushimaru kurando avec l’aide de quelques Samouraïs défendirent le trône et l’empereur  (go daigo).
Durant les combats il est dit qu’ils luttèrent comme neuf démons.
Ce Ryu à des liens très étroits avec l’école Itto ryu, école créée par Itto Ittosai. Ce Ryu à une valeur inestimable quand à la qualité et variété de ses techniques.

Techniques:
Corps à corps (avec ou sans armure) : frappes, projections, luxations, sauts, casse des os, percussions des points vitaux, immobilisations.
Armes : So (lance), Naginata (hallebarde), Bo, Jo, Hanbo   (bâtons    de 1.80m ,1.20m , 0.90m). Sabre long moyen petit utilisation en Ryoto Kodachi avec dégainage normal ou inversé ou les deux sabres dans une main tandis que l’autre main dégaine le troisième sabre.

Principes :
Nous ne pouvons vous donner tous les Arts pratiqués dans ce Ryu tellement ils sont nombreux. Comme exemple il existe l’art du combat en milieu aquatique, l’utilisation du feu et de l’eau, la fortification le déguisement la stratégie des batailles la météorologie le lancer de lames de Shuriken de sabre l’utilisation de la hache, du Sai, l’art du combat à cheval…

Armes :
So (lance), Naginata (hallebarde), Bo, Jo, Hanbo (bâtons de 1.80m ,1.20m, 0.90m). Sabre long moyen petit utilisation en Ryoto Kodachi avec dégainage normal ou inversé ou les deux sabres dans une main tandis que l’autre main dégaine le troisième sabre.

Kukishin Ryu Taijutsu

Kamae-gata
Omote-kamae

Hira ichimonji
Yoko ichimonji
Shi no ichimonji

Ura-kamae

Kachimi
Seigan
Hichyo

Kihon-gata

Katamune dori
Kata kudaki
Hikikomi
Uchi ashi kase
Soto ashi kase
Soto ashibarai
Migi maedate
Hidari maedate

Omote no kata

Kasumidori
(ura gata) Atekomi / Udeori / Erijime
Do gaeshi
(ura gata) Udeori / Erijime / Ryouerijime
Karamedori
(ura gata) Hikitaoshi / Ashiori / Mukounage
Oikakedori
(ura gata) Ashiori / Tengudori / Yokotobi
Hizaguruma
(ura gata) Ude ori / Atekomi / Erijime
Kobushinagashi
(ura gata) Hikikomi / Udeori / Atekomi
Sayu
(ura gata) Atekomi / Ushironage / Temakura
Midareuchi
(ura gata) Atekomi / Udeori / Hikitaoshi
Katamunedori
(ura gata) Udeori / Tsukitaoshi / Gyakudaoshi
Ryoumunedori
(ura gata) Ude ori / Jyumonji / Ryogakenage
Ikichigai
(ura gata) Ateiri / Osaekomi / Mawashidori
Tengudori
(ura gata) Ashiori / Tsukitaoshi / Atedaoshi
Makikomi
(ura gata) Osaekomi / Ateiri / Gyakuiri

Supplementary techniques

Kaigokudaki / Atekomi / Ushironage / Makigaeshi / Utsushidori

Udeori Hijiotoshi Shizuminage
Sabaki no kata

Katamune dori
Ryomune dori
Kaigo kudaki
Onikudaki
Katate guruma
Koromo gaeshi
Seoi nage
Koshi nage

Shime-no-kata

Erijime
Mawashijime
Katatejime
Ryote jime
Gyakute jime
Ryouzuri
Wakizuri
Udezuri

Tai-no-kata

Koshiguruma
Yotsude
Horagaeshi
Udenagare
Kasasagi
Ryoutedome
Mizunagare
Ryusetsu
Tsubamegaeshi
Kocyonage or Kocyodori
Hukubeotoshi or Fukubegaeshi
Hushya

Mutodori

Katate otoshi
Ichimonji
Shizumi nage
Ushiro dori
Hira ichimonji
Seigan
Tsuka kudaki
Matsuba otoshi

Daisho sabaki

Katamune dori
Ryomune dori
Ryote gake
Kimo kudaki
Uma dome
Tsuka nagare
Sode guruma
Nagashi dori

Shirabe no kata

Tobichigai
Kurumagaeshi
Kazadori
Raiotoshi or Sakagaeshi
Gyakunage
Ameotoshi
Amagaeshi or Amaotoshi
Takiotoshi
Komagaeshi

Sensudori

Katateotoshi
Ichimonji
Shizuminage
Ushirodori
Hiraichimonji
Seigan
Tsukakudaki
Matsubaotoshi

Teppan

Jyohu
Jyorai
Jyoryu

Moguri no kata

Gokuraku otoshi
Jigokunage or Jigokudori
Tamakudaki
Oukoku
Onibuse
Inazumadori
Mizudori
Raisetsu
Gorin-otoshi or Taiotoshi

Kukishinden Happo Biken Dakentaijutsu
(Yoroi Kumi Uchi)

 

Kihon Kamae Gata
(Goho no kamae)

Hira no kamae
Hira Ichimonji no kamae
Seigan no kamae
Katate Hicho no kamae
Kosei no kamae

Shoden Gata

Sei On
Sui Yoku
Suisha
Kubiwa
Ho Setsu
Iso Arashi
Fubuki
Kata Ho
Tatsumaki

Chuden Gata

Ura Nami
Ten Chi
Kata Nami
Kasumi Gake
Tatsu no Se
Shio Kaze
Yama Arashi
Ryu Fu / Yanagi Kaze
Tatsu Nami
Tora-o / Kobi
Ju Gan
Shiho Dori

Sabaki Gata

Ara Koma
Shika Ashi / Kai Soku
Chiku Sei
Yume Makura
Suso Sabaki
Iso Gaeshi
Kaze Harai / Fu Shoku
Kuruma Dori
Kimon
Ura Kimon
Uki Mo·Uki Ho
Ran Pu·Ran Fu

Okuden Gata

Fu Setsu / Fu Un
Gon Gi / Ken Gi
Kaeshi Waza
Oni Otoshi / Ki Raku
Iwa Kudaki
Setto / Setsu To
Goto / Roto
Do Fu
Oni Kudaki / Oni Otoshi
Ryu Fu / Yanagi Kaze
Tachi Uchi
Hane Taoshi

Shirabe Moguri Gata

Moguri Dori
Sharin
Ko Fuki / Ko Fuku
Ryu Fuku
Tobi Chigai
Yama Otoshi
Teki Otoshi
Heito
Musasabi
Tama Nage
Gyaku Nage
Uchi Harai

Kukishin Ryu Bojutsu

 

Reiho
Jorei
Kirei

Kamae

Gorin no Kamae

Jodan & Gyaku-Jodan no Kamae
Chudan no kamae
Gedan no kamae
Hira Ichimonji no kamae
Yoko Ichimonji no kamae

Other Kamae

Seigan no Kamae
Tenchi no kamae
Gyaku Tenchi no kamae
Tenchijin no kamae
Gyaku Tenchijin no kamae

Kihon Gata
(Furikata)

Ukemi
Men Uchi
Kote uchi
Do Uchi
Sune Uchi
Yokomen Uchi
Tsuki
Hane Age

Hanbo (Jojutsu)

Tsuki Iri
Kasumi Uchi (Yokomen Uchi)
Koshi Ori
Ate komi
Ate Gaeshi
Kote Gaeshi
Katate Dori ( Kotemaki Hazushi)
Ryote Dori
Maki Hazushi
Ryote Karame
Katate Karame
Katamune Dori
Eri Dori
Juji Dori
Ashikake Daoshi
Ushiro Dori
Karame Uchi (Kiri no Ichiyo)
Ke Age
Gorin Kudaki (Kote Suso Harai)
Tsuki Komi Otoshi
Uke Nagashi
Kiri Otoshi
Mawari Dori
Shiraha Dori
Karame Dori

Bojutsu Omotegata

Goho Buri
Ura Goho

Kuji no Kata:

Sashiai (Dai Ippo)
Funahari (Dai Niho)
Tsuru-no-issoku (Dai Sanpo)
Suso Otoshi (Dai Yonpo)
Ippon Sugi (Dai Goho)
Kage no Ippon (Dai Roppo)
Taki Otoshi (Dai Nanaho)
Koku (Dai Happo)
Kasa no Uchi (Dai Kyuho)

Chugokui

Tachi-otoshi
Harai
Kote tsuke
Mukouzume
Keage
Uchitome
Tsukeiri
Gorinkudaki
Tenchijin
Maehiro
Ryougote
Uranami
Tamagaeshi
Sayu

Gokui-no-kata

Jyuji-Roppou-Kujidome
(also called Jyumonji-Kujidome)

Kaiden-gata

Bouyose
Karamedori
KujiHiryu

Kukishin Ryu Sanjakubojutsu (hanbojutsu)

Sanshin no kamae

Kata yaburi no kamae
Munen muso no kamae
Otonashi no kamae

Shoden no kata

Katate uchi
Tsuki otoshi
Uchi waza
Nagare dori
Kasumi gake
Iki chigae
Kao kudaki
Ate kaeshi
Saka otoshi

Chuden no kata

Kote gaeshi
Saka otoshi
Harai waza
Soto waza

Okuden no kata

Hane otoshi
Mata gake
Kote harai

Kukishinden Happo Biken Yarijutsu (Sojutsu)

Reiho

Jinba Rei (Tachi Rei)
Jinba Rei (Za Rei)

Kamae

Seigan
Ryusui
Chudan
Jodan
Yari Gedan
Taihen no kamae

Kaisetsu Gata

Kanpo
Shiho Waza
Hicho Ho·Hicho Kaku
Hitotsuki Aiho
Ichiju Santo·Itto Santo
Hatsu Sai·Hassai
Hiso
Tenchi Kaku
Happo Yaku

Gokui Gata (Kasumi Gata)

Ichimonji
Kiku Sui
Maki Cho·Kancho
Oni Sashi·Kisasu
Hiryu
Tsuki Buse · Toppo Ku
Kage Cho
Mitsu Dama·Satsu Gyoku
Nanamon Ha·Nanamai Ba·Kyoha

Menkyo Kaiden Hencho Gata

Yoko Taoshi·Oto
Ryuto·Ryuzu
Tomoe
Kugi Nuki·Chogi
Arashi
Shin Myo
Taki Otoshi
Yoko Nage
Tate Nage
Nichi Getsu

Kukishinden Happo Biken Kenpo

Kamae Gata

Gedan no Kamae
Chudan no Kamae
Seigan no Kamae
Ichi no Kamae
Tenchi no kamae
Hasso no Kamae (Tenchi Hasso no kamae)
Daijodan no Kamae (Jodan no kamae)
Kasumi no Kamae

Hiken no Ho

Tsuke-Komi
Sayu Gyaku
Tsuki-Kake
Sayu Gyaku
Kiri-Age
Sayu Gyaku
Kiri-Sage
Sayu Gyaku
Kasugai Dome (Kinshi)
Sayu Gyaku
Kocho-gaeshi
Sayu Gyaku
Shiho Giri
Sayu Gyaku
Happo-Giri
Sayu Gyaku
Tsuki no Wa
Sayu Gyaku
Fudo no Ken
Engeki-Buchi
Himyo-Ken

Kukishinden Happo Biken Rokushakubojutsu

Reiho

Za Rei
Ritsu Rei

Kamae

Jodan no Kamae
Chudan no Kamae
Gedan no Kamae
Hira Ichimoji no Kamae
Ichimonji no Kamae
Seigan no Kamae
Tenchijin no Kamae
Ihen no Kamae
Kyohen no Kamae

Kihon Gata

Ukemi gata
Ashi barai
Shiho bo furi gata
Men uchi harai gata
Tsuki hane Gata

Sabaki Gata

Goho
Ura Goho
Sashi Ai
Funa Bari
Tsuru no Issoku
Ura Issoku
Suso Otoshi
Ura Suso Otoshi
Ippon Sugi
Taki Otoshi
Koku
Kasa no Uchi
Tachi Otoshi
Harai
Kote Tsuke
Muko Zume
Keri Age
Uchi Dome·Geki Ryu
Tsuke Iri
Gorin Kudaki
Ten Chi Jin
Mae Hiro
Ryo Kote
Ura Nami
Tama Gaeshi

Kukishinden Happo Biken Naginata-jutsu

Bi-Naginata-jutsu

Juji no Kamae

Seigan no Kamae
Naka Seigan no Kamae
Hira Ichimonji no Kamae
Yoko Ichimonji no Kamae
Hasso no Kamae

Kyu ho

Nagi Taoshi
Tsuri Age·Sukui Age
Hataki Taoshi
Ashi Barai
Hane Taoshi
Kuri Dashi
Zengo Nagi
Sashi Chigai
Tobi Kiri

Kukishinden Happo Biken Bisento-jutsu

Kata

Oshin
Kaku Gyaku
Chikusha
Nami Ba
Batto
Gisen
Shinto
Seito
Miken

Kukishinden Happo Biken Juttejutsu

Jutte Karade Kamae

Muso no kamae
Mizu Tori
Ichi no kamae
Seigan no kamae
Ten no kamae

Juppo Sessho no Jutsu

Kiri no Ichi-yo
Rakka
Gorin Kudaki
Mizu Tori
Mawashi Dori

Kukishinden Happo Biken Kodachi-jutsu

Kamae

Seigan no kamae
Naka Seigan no kamae
Shizen no kamae

Kata

Hicho no Ken (3 ura gata)
Shishi Geki (2 ura gata)
Juji Ken (2 ura gata)

Kukishinden Happo Biken Jojutsu

Kamae

Hira Ichimonji no kamae
Chudan no kamae
Seigan no kamae
Gedan no kamae
Tenchijin no kamae
Ihen no kamae
Kata

Jumonji
Roppo
Kyuho
Hiryu
Tsuke iri
Kasumi gake
Ude gake
Kote gaeshi
Tachi otoshi

KOTO RYU

Posted on Updated on

Ecole pour abattre le tigre.
Koppo Jutsu.
Origine : Chine – Corée – Japon
Date de création : 12° Siècle.

Philosophie de l’école :
Koto Ryu signifie, abattre le Tigre avec l’extrémité des doigts. La pratique se fait avec les yeux blancs, afin de ne pas transmettre télépathiquement sa riposte.

Principes :
Attaque au visage, usage de poudres aveuglantes, Yoko Aruki (pas croisés), Toki (frappe sur les orteils), frappes fortes à très courte distance.

Shoden Gata

Yoku to
O gyaku
Ko yoku
Shi to
Ho soku
Ho teki
Sha to
Ke to
Saku geki
Tan geki
Batsu gi
Setto
Shi haku
Kyo gi
Kak ko
Ura Nami
Ten chi
Kata maki

Chuden Gata

Hi da
Hi saku
Hi cho
Hi to
Kappi
Monpi
Sui to
Go hi
Heh hi
Teki gaeshi
Ko to
Kaku hi

Okuden Gata

San to
San to
Ko to
Shinsen
Kompi
Jo setsu
So setsu
So to
Ko ki
Kimon
Ransetsu
Ura Kimon

Hekito Gata

Soku boku
Boku hen
Damara
Shuriki
Kiibo
Batsu yu
Seki ryoku
Kuahi

Kaiden Gata

Goshin
Ichi nen
Katsu gan

GYOKUSHIN RYU

Posted on Updated on

Ecole du coeur immobile.
Origine :
Date de création :

Philosophie de l’école :
Basée plus sur une action d’espionnage que sur les techniques.

Principes :
Utilisation maximale des sutemi.

GYOKKO RYU

Posted on Updated on

Ecole du tigre du diamant (diamantin).
Kosshi Jutsu.
Origine : Chine (Techniques de la garde impériale Chinoise).
Date de création : 12° Siècle.

Philosophie de l’école :

« Bushi gokoro wo motte totoshi no asu » = Le coeur du guerrier est précieux et essentiel.

« Bagen Fugyo » =  10 000 façons, plus de surprises.

Principes :
Kosshijutsu (frappes sur les muscles), Shitojutsu (utilisation des pouces et des doigts). Techniques de combat contre sabres et lances. Blocages puissants et travail d’équilibre. Luxations et projections sont des spécialités de cette école.

Ecole complémentaire de koto ryu, gyokko ryu .

Sanshin no Kata

Chi no kata
Sui no kata
Ka no kata
Fu no kata
Ku no kata

Taihenjutsu Mutodori no Kata

Hira no kamae
Ichimonji no kamae
Jumonji no kamae

Moto Gata

Sayu Ichimonji no kata
Sayu Hicho no kata
Sayu Jumonji

Torite Kihon Gata

Sono Ichi
Sono Ni
Sono San
Sono Yon
Sono Go
Sono Roku
Sono Nana
Sono Hachi
Sono Ku
Sono Ju

Joryaku no Maki

Koku
Renyo
Danshu
Danshi
Saka Nagare
Keo
Hane bi
Keto
Yubi kudaki
Ketsumyaku
Sakketsu
Teiken

 

 

Churyaku no Maki

U jaku
Seito
Dashin
Ko rai
Hosen
Ko
Shien
Ho ryaku

 

 

Geraku no Maki

Shun u
Shun soku
Ichi geki
Kaisoku
Ko ryaku
Iai fuji
Shin gan
Fu u

GIKKAN RYU

Posted on Updated on

Ecole de la justice, de la loyauté et de la vérité.
Origine :
Date de création : 16° Siècle.
Philosophie de l’école :
Ne jamais attaquer le premier.

Principes :
Coups de pieds spéciaux, coups de poings et projections. Dans la forme les techniques s’apparentent à de vieux styles internes chinois.

Les distances sont extrêmement réduites (face à face) et les esquives quasi inexistantes, la riposte se produit en même temps que l’attaque adverse. Toute la force est concentrée dans les mains.

L’énergie étant ainsi concentrée, il est très aisé de projeter un adversaire à plusieurs mètres.

LES « CERTIFICATS » (GRADES) JAPONAIS

Posted on Updated on

les certificats sont les suivants :

 Menkyo Shoden (transmission de base)

Menkyo Chuden (transmission de niveau moyen)

Menkyo Joden (transmission de niveau haut)

Menkyo Okuden (transmission de l’enseignement secret)

Menkyo Kaiden (transmission de la totalité de l’enseignement)

Le Menkyo Kaiden quelque soit l’école était le titre suprême, le maître n’en délivrait que 2 ou 3 durant sa vie. Ce titre mettait le disciple au niveau du maître et signifiait que celui-ci avait tout reçu de son maître et qu’il était autorisé s’il le souhaitait d’ouvrir sa propre école voir son propre style ou une branche de l’école. Après ce certificat, le maître pouvait aussi le recommander à un nouveau maître pour que l’élève puisse parfaire sa connaissance et s’améliorer encore. Ce qui était de la part du maître la preuve d’une grande humilité et d’une grande ouverture d’esprit par rapport aux autres styles, aux autres maîtres… Ce qui nous enseigne que même avec un haut niveau et le titre de maître on peut se perfectionner, approfondir, échanger ses connaissances avec d’autres maîtres ce qui n’a rien de rabaissant bien au contraire et c’est ce qui manque malheureusement de nos jours à certains pratiquants.

Le système de Dan est donc très différent du système Menkyo surtout de nos jours mais peuvent être complémentaires car il ne faut pas tomber dans le piège de croire que les Dan n’ont pas de valeur ou qu’ils sont moins humbles que les Menkyo ou que les Menkyo sont dépassés par rapport aux Dan. Le grade, titre, quel qu’il soit peut-être à la fois la meilleure et la pire chose. Mais il ne faut pas les confondre car à notre époque les conditions pour l’attribution des Dan sont très différentes de celles des Menkyo.

Les critères de sélection et les différents tests utilisés dans le système traditionnel sont très particuliers et peuvent choquer certaines personnes, les élèves étaient filtrés et seuls ceux qui se montraient dignes étaient initiés aux différents niveaux. Le Menkyo décerné au disciple exprimait aussi le degré de confiance que donnait le maître, reconnaissance qui offrait au disciple la possibilité d’être initié au niveau supérieur puis progressivement au secret de l’école. Le Menkyo est véritablement un gage de confiance et de moralité. L’élève était jugé sur plusieurs années tant sur le plan technique que sur son comportement. Dans certaines écoles traditionnelles très fermées où il n’existe que le système Menkyo, on part du principe qu’il est mal venu de montrer son niveau avec des ceintures de différentes couleurs, le pratiquant doit montrer son niveau par son comportement non pas par une ceinture, un vêtement et idem pour le maître, les assistants, etc…De nos jours en Occident, il peut être très difficile aux différents Sensei d’agir selon ces principes traditionnels et ils ne sont pas à blâmer car les cotisations sont souvent un moyen d’existence pour certains, de plus les élèves réagiraient très mal, seraient écœurés et quitteraient le Dojo en colère en traitant certainement le Sensei de malade, mégalo, ou autres noms alors que c’est pour leur bien, pour leur progression, pour le Dojo et pour que le Sensei ne perde pas son temps avec des esprits trop soucieux de leurs ego.

Certains pratiquants, pas tous heureusement, toute pratique et pays confondus sont avides de progression, ce qui est normal, mais aussi de grades et de reconnaissance et accéder à un maximum de Dan en un minimum de temps et avec un minimum d’effort, devient une véritable fixation et le seul but à atteindre. Mais il est évident et tout à fait normal qu’un pratiquant doit pouvoir se situer sur cette échelle de niveau. Un titre quel qu’il soit est très personnel, doit être mérité et c’est à chacun de savoir quelle valeur lui donner. De nos jours, certains préfèreront avoir un Dan délivré par une fédération reconnue par tel ministère ou telle organisation selon des critères physiques et techniques précis que par leur Sensei qu’ils quittent une fois la ceinture noire obtenue. D’autres au contraire préfèreront recevoir le grade par leur maître qu’ils ont suivis durant des années et avec qui ils ont liés des liens irréversibles.

Cet article est la somme d’une collecte d’informations qui peuvent peut-être être fausses. Si quelqu’un voit des erreurs ou points à éclaircir, il est le bienvenu.